}
accueil > Recherche > Les axes de recherche

LES AXES DE RECHERCHE

ISG Lab privilégie des axes de recherche en accord avec la culture entrepreneuriale de l’ISG. Même si chaque chercheur peut bien sûr mener des recherches sur d’autres thématiques du management, nous constatons qu’environ 75% de nos publications portent sur l’un ou l’autre de ces trois axes de recherche. Cela confère une identité forte aux recherches menées au sein d’ISG Lab.

ENTREPRENEURIAT ET NOUVEAUX MARCHES

Essentielle à la dynamique des marchés, au développement économique et au renouvellement des pratiques managériales (concernant par exemple les structures organisationnelles, la conception de modèles d’affaires ou la relation client), l’activité entrepreneuriale revêt aujourd’hui des formes multiples : à côté de l’inventeur de « nouvelles combinaisons » à la Schumpeter et de l’entrepreneur opportuniste à la Kirzner, il est important d’explorer d’autres formes d’entrepreneuriat comme l’incubation, l’ « intrapreneuriat », le changement radical de business model ou encore la reprise d’activités… Mais s’intéresser à l’entrepreneuriat, c’est aussi s’intéresser aux conditions qui en favorisent le développement au niveau institutionnel, par exemple par la prise en compte des spécificités territoriales (comme les clusters, regroupements d’activités, ou les dynamiques régionales), de l’ancrage local des start-ups, ou du bassin d’innovation à partir duquel est envisagée la croissance à l’international. A côté d’approches spécialisées dans cette discipline (entrepreneurship studies), les phénomènes entrepreneuriaux constituent un terrain où il peut être particulièrement utile de croiser les approches.

INNOVATION, ENVIRONNEMENTS MULTICULTURELS ET CREATIVITE

L'innovation est un moyen incontournable pour (re)fonder la compétitivité, la croissance ou l’impact sociétal de l'entreprise. Pour réussir, l'entreprise innovante doit être capable de faire travailler ensemble des équipes culturellement diverses, de satisfaire ou créer une demande solvable, exploiter ou développer des façons de faire raisonnablement efficientes et sous peine d’être spoliée, déjouer les tentatives de captation de la valeur créée que d’autres acteurs ne manqueront pas de faire. L’innovation est donc certes affaire de technologie et de marketing, mais aussi de management, de stratégie et de droit. Chaque discipline de l’économie et de la gestion mérite donc d’être sollicitée et les approches interdisciplinaires encouragées. Sur les thèmes forts du management de la création et de l’économie de l’innovation, nous menons des recherches comparées, entre secteurs (par exemple, les cosmétiques, les nouvelles mobilités, les food-techs ou l’agrobusiness), ou entre bassins géographiques (comparaisons d’approches menées en France, en Europe et dans le reste du monde, comme le Brésil ou les Etats-Unis).

MANAGEMENT DES RISQUES ET NOUVELLES SOLIDARITES

Le risque constitue, dans le domaine économique et social, une préoccupation dont l’importance ne cesse de croître. Cette évolution correspond à des données tant objectives que subjectives. Côté raison, la concentration, la dimension, la technologie, la mondialisation et l’interdépendance des activités accroissent, par leur développement même, l’ampleur des perturbations prévisibles. Côté cœur, l’évolution des mentalités, des cultures organisationnelles et des pratiques sociales abaisse les seuils d’acceptabilité du risque, sur des sujets aussi variés que la précarité énergétique, la responsabilité sociale, les risques psycho-sociaux ou les pratiques de soin. La question du risque est bien sûr intimement liée aux thèmes, déjà présentés, de l’entrepreneuriat et de l’innovation : l’entreprise se doit constamment de concilier sécurité et compétitivité, alors même que ces exigences entrent souvent en contradiction. Le risque est un thème qu’il est important d’aborder dans ses différentes dimensions : locale et globale, managériale et stratégique, financière et juridique, mais aussi sociétale puisqu’une des dimensions essentielles du risque consiste dans son « acceptabilité » sociale.