BORDEAUX / Alexis Verrat – Contrôleur de gestion chez l’Oréal

Il n’est pas encore diplômé qu’il a déjà trouvé un emploi. Alexis Verrat a intégré l’ISG – Programme 3+2 Business & Management en post-bac, sur le campus de Bordeaux. Puis il part faire son Master sur le campus de Paris. Alexis signe alors une alternance en contrôle de gestion chez Daimler pour la fin de ses études. A peine sorti de l’école, il obtient déjà un CDI chez l’Oréal. Retour d’expérience.

Mes missions chez l’Oréal

Je travaille pour la partie “opérations” de L’Oréal dans l’usine Soprocos de St Quentin. Cette usine crée des produits cosmétiques dont un de nos produits phares est la fameuse laque Elnett.
J’y suis contrôleur de gestion. Mon rôle est de challenger les coûts directs présents dans le compte de résultat. Il faut aussi accompagner financièrement plusieurs projets pour l’usine et les investissements liés à celle-ci.

Les apports de l’ISG dans ma carrière.

Durant mon parcours, je me suis rendu compte que nos premières expériences en entreprise nous font rapidement prendre conscience d’un point. En effet, peu importe nos études, on ne sait rien faire techniquement en sortant de l’école. Une alternance ou un stage est pour moi essentiel pour faire nos premières réelles expériences. En revanche, l’ISG m’a énormément servi dans le savoir-être en entreprise. Car ce qui compte est notre intégration et la compréhension macro du business. Le reste s’apprend au fil des jours. L’autre point qui est essentiel, c’est l’aspect international fort de l’ISG. J’ai pu réussir à acquérir un niveau d’anglais correct. Ce qui est très important, car on est forcément amené à communiquer en anglais dans un groupe comme celui de l’Oréal.

Mon conseil pour les étudiants en recherche

J’aurais même deux conseils à leur apporter. Le premier serait de construire dès la 1ère année un réseau de qualité. Fixez-vous des objectifs long-terme et entourez-vous des bonnes personnes à travers vos stages et alternance. C’est grâce à cela que vous trouverez votre emploi de demain.
Le deuxième conseil serait plus géographique. Je pense que c’est important d’être flexible géographiquement si l’on veut rentrer dans des grands groupes. Il faut faire des sacrifices tant que l’on est jeune en allant à l’étranger ou dans toutes les régions de France pour maximiser toutes ses chances de réussites.

Posté le: 03-06-2021