Les partenariats avec les écoles d’ingénieurs : un atout pour étudiants et diplomés

A l’heure où certains hésitent entre écoles de commerce et écoles d’ingénieurs, l’ISG, l’EPITA, l’ESME Sudria, l’IPSA et Sup biotech, ont décidé d’ouvrir le champ de l’interdisciplinarité et des double-compétences. « Avec EPITA et ESME Sudria, nous avons fait le pari d’oser la tech dès la première année pour tous nos étudiants », affirme Thierry Sebagh, Directeur général de l’ISG.

 

En première et deuxième années, les statistiques, la programmation et la découverte des langages informatiques représentent plus de 20% des cours. Pour Christian Dujardin, Directeur des études de l’EPITA et Honorine Awounou, Directrice des études du Programme Grande Ecole, « C’est une condition nécessaire pour assurer le succès des étudiants de l’école dans le choix des nano-certificats proposés à l’ISG en 3ème et 4ème année ».

 

L’opportunités des nano-certficats

 

Les nano-certificats, ce sont des blocs de compétences « tech & business » labellisés CGE et construits par l’ISG, l’une des écoles d’ingénieurs du groupe et un partenaire industriel. Au programme : 80 heures de cours en immersion complète au sein de l’école partenaire, et au contact des étudiants ingénieurs, et deux hackathons pour tester ses connaissances et les confronter à la pratique.

Objectif : donner des hard skills en « IA », « Analyse de données », « Cybersécurité » (trois nano construits avec l’EPITA) ou « Nouvelles mobilités urbaines » (un nano construit avec l’ESME Sudria), par exemple, à tous les étudiants de l’ISG. Au total, près de 350 étudiants auront bénéficié des « nano » en 2020.

 

« Un vrai plus pour chercher son premier stage de 6 mois et répondre à la question des connaissances opérationnelles » selon Ilona, étudiante en 4ème, car les nano sont l’occasion d’acquérir des compétences techniques qui permettent d’aborder sereinement les premières missions en entreprise. Plus simple, alors, de postuler, de se démarquer et de bien démarrer son stage au service marketing quand on est passé par le nano « Analyse des données ». Pour l’entreprise, c’est aussi un plus qui permet au stagiaire de comprendre très vite les problèmes et donc de devenir rapidement opérationnel.

Des parcours hybrides en master

 

Les partenariats à niveau master ont d’abord été le fruit des demandes des étudiants ingénieurs de l’ESME-Sudria pour se former à la finance. En septembre 2020, l’ISG a accueilli près de 60 étudiants de l’ESME en première année de master. A l’issue de leur formation, ces étudiants obtiendront le diplôme d’ingénieur et le grade de master du programme grande école de l’ISG.

 

Un atout pour les étudiants ingénieurs-managers, dont les profils sont recherchés par les grandes banques d’affaires comme par les start-ups prometteuses du monde des fintech. Pour l’ISG, l’afflux d’étudiants ingénieurs en « spé finance », c’est aussi l’occasion de proposer des enseignements encore plus techniques aux étudiants « manager » et de renforcer l’attractivité de leur profil dans les métiers de la finance marché.

 

A la rentrée 2021, les partenariats à niveau master seront enrichis d’un nouveau parcours « Management & Ingénierie de la Tech » (MIT) dans le cadre du Programme grande école. Ce parcours, où l’EPITA délivrera près de la moitié des cours, permettra aux étudiants de l’ISG de se former au pilotage des projets de transformation digitale des entreprises et de conduite du changement.

 

A l’issue de leur formation, les étudiants pourront obtenir le MSc EPITA/ISG en plus du master Grande Ecole de l’ISG. Capacité à comprendre les enjeux des datas, à mesurer la performance d’une stratégie numérique et à animer des équipes et des projets pluridisciplinaires, voilà les atouts concurrentiels des futurs diplômés MIT de l’ISG. Des compétences-clés pour aborder sereinement l’insertion professionnelle dans un marché du travail où l’expertise rime souvent avec maîtrise des technologies.

 

Posté le: 18-01-2021