Direction la Russie !

Étudiante en dernière année du Master Grande École, Johanna Hauser est partie à Saint-Pétersbourg dans le cadre de son échange académique. Johanna partage avec nous ses premiers jours sur place.

Choc climatique

Johanna.pngQuand je suis arrivée à St Pétersbourg, mes premières pensées ont été à la température et au climat. En février, les températures étaient hivernales à Paris, mais rien comparées à celles de St Pétersbourg. Il y avait des tempêtes de neiges et les températures avoisinaient les -30 degrés !
En y repensant, je pense que ça a été le premier vrai choc culturel !

Une fois la barrière du froid passée, un deuxième obstacle s’est imposé à moi, la langue !
On peut penser que dans une grande ville comme celle-ci, la plupart des gens parlent anglais, mais en réalité non ! Les étudiants et quelques jeunes parlent anglais (ou tout du moins réussissent à se faire comprendre) mais dans les commerces, les transports ou les musées, les personnes ne parlent que le russe. La première fois que je suis allée faire des courses dans un supermarché, je cherchais du sucre, j’ai demandé à une employée si elle pouvait m’aider, impossible de communiquer avec elle ! Je l’ai finalement trouvé après avoir cherché pendant 15 minutes dans tout le magasin. Après les petits soucis du quotidien (les courses, le métro, acheter un abonnement téléphonique..), j’ai commencé à parcourir la ville et ses merveilles.

Une ville pleine de surprises

Joahanna 2.pngAvant de partir, j’avais acheté quelques guides pour découvrir ce à quoi je devais m’attendre, j’avais également cherché sur internet, et regardé des photos, mais en réalité, ça n’a absolument rien à voir. Ici, tout est différent ; les gens, les magasins, les musées, les bâtiments.. En centre-ville tous les bâtiments sont colorés, jaunes, rouges, bleus, verts, rares sont les immeubles gris.
En s’éloignant un peu du centre-ville, on s’aperçoit rapidement qu’il y a des vestiges de l’URSS, mais c’est ce qui fait la beauté de St Pétersbourg, le contraste entre les bâtiments à 5 étages qui se ressemblent tous, en briques grisâtres et les splendeurs telles que l’Hermitage, l’Eglise du Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé ou bien la cathédrale St Nicolas.

Johanna 3.pngJ’ai eu la chance de voir les différents climats ici. A mon arrivée, St Pétersbourg était couvert de neige. Après une chute de neige, lorsque le soleil réussi à percer les nuages, il n’y a pas de spectacle plus remarquable. On peut voir la Neva complètement gelée sur des dizaines de kilomètres, les Russes et les touristes marchent dessus, font même des parties de football, et se prennent en photo sur cette gigantesque rivière glacée. Aujourd’hui, maintenant que les températures se sont un peu réchauffées, je découvre un nouveau St Pétersbourg. Une ville où il est agréable de se promener en pleine après-midi au soleil sur Nevski Prospect, traverser les innombrables ponts et contempler les splendeurs de cette ville.

Quelques jours après mon arrivée, nous avions rendez-vous à l’école pour un amphi d’accueil où j’ai pu rencontrer les autres étudiants en échange. J’ai alors découvert à ma grande surprise que les Français étaient nombreux. Malgré la facilité qui s’ouvrait à moi, je suis allée vers les autres étudiants étrangers. Ils viennent de toute l’Europe (République Tchèque, Slovénie, Finlande, Allemagne, Italie, Portugal), j’ai ainsi pu découvrir les autres cultures et découvrir pourquoi ils ont eu envie comme moi de venir en Russie.

Aujourd’hui, après avoir déjà passé deux mois ici, je peux voir qu’il y a une réelle cohésion entre tous les exchange students, nous nous voyons souvent en dehors de l’école. Celle-ci a été permise par l’équipe de buddies de l’université, qui, dès notre arrivée nous avait organisé 2 semaines de visites guidées, de découvertes et d’activités en tous genres. Mon adaptation à la vie russe a été assez rapide, je me suis familiarisée avec la culture, les coutumes, les transports, la vie en général ici ; cependant le seul point auquel je ne suis toujours pas habituée est la météo. Il peut y avoir une gigantesque averse qui inonde les trottoirs et les routes et 5 minutes plus tard, un magnifique soleil. Il peut faire très froid dans la rue et une fois rentrée dans le métro ou dans les magasins, la chaleur vous frappe au visage.

Johanna 4.png

Posté le: 30-05-2017