BORDEAUX / Un semestre basé sur l’entrepreneuriat en 2e année

Lundi 21 janvier, premier jour de reprise pour nos deuxième années, faisant suite à un long week-end post-partiel. Ce deuxième semestre sera consacré à l’entrepreneuriat. A cette occasion, une conférence d’ouverture a été donnée par David Ducourneau, co-fondateur d’Héméra et PDG de sports aventure et Alexandre Sutra, start-up manager chez Héméra.

Qui de mieux pour présenter ce thème que deux entrepreneurs à la tête d’un accélérateur de start-ups ? En effet, Héméra a pour mission d’aider les start-uppers à se développer en leur apportant du réseau, des conseils et du soutien dans leur développement. Tout un package pour leur permettre d’entrer plus vite sur le marché.
Cette conférence a donc permis à nos étudiants d’avoir une première approche de ce à quoi ils allaient être confrontés durant tout le deuxième semestre. Ils auront effectivement trois mois pour réfléchir à un projet et monter une start-up en créant un business plan de A à Z grâce à l’aide apportée lors du suivi du groupe. Mais surtout en s’appuyant sur les cours reçus l’année précédente et ceux du semestre à venir.

Mais finalement qu’est-ce que cela signifie ?

En groupe de quatre les étudiants auront plusieurs semaines pour réfléchir à un projet. Tout d’abord, ils devront définir le type de secteur dans lequel ils souhaitent s’imposer puis s’accorder sur un bien ou un service. Une fois l’idée de start-up trouvée, ils devront monter leur business model. Celui-ci sera composé d’une présentation de l’équipe comprenant ses forces et ses complémentarités. Viendra ensuite la description du secteur d’activité dans lequel ils souhaitent opérer, comprenant une étude de marché, la définition de la stratégie adoptée, le positionnement marketing et les campagnes de communication. Enfin, le dossier devra être clôturé par une étude financière crédible avec les coûts et bénéfices associés à la création du produit ou service afin de démontrer comment celui-ci deviendra rentable et le restera sur les années à venir.
Une fois tout cela fait, les étudiants feront une restitution orale devant un jury, considéré comme de potentiels investisseurs aux alentours de mi-avril et devront rendre le dossier de 20 à 30 pages comprenant tous les éléments détaillés.

L’année dernière, le projet entrepreneuriat avait permis à deux étudiantes de créer leur entreprise : Wenti. C’est un concept qui propose un quiz de culture générale dans tout espace où le temps semble long : les transports en commun, les files d’attentes, les aéroports et autres lieux. En bref, comment ça marche ? Des questions de culture générale défilent sur des écrans et les utilisateurs répondent sur l’application mobile Wenti. Anouk Ledoux et Victoria Guillomon, à l’origine du projet, avaient également réussi à défendre Wenti dans le cadre du Bordeaux Pitch Cntest.

Top départ, place à l’imagination. Bon courage à tous les 2e années !

By Amélie Chauveau

Posté le: 18-02-2019