BORDEAUX / Digibiz : le challenge Agorize pour les futurs entrepreneurs

Du 12 au 15 novembre dernier, l’ISG Bordeaux a participé au Challenge Digibiz. Les étudiants de 1ère année ont répondu à de réels enjeux et des thématiques proposées par Adidas, Bayer et la start-up Edmond.


Pendant trois jours, ils ont imaginé l’entreprise du futur, encadrés par des intervenants. Ils ont pu bénéficier de l’expertise de Monsieur Christophe Laurent sur l’aspect marketing du Digibiz et une intervention de Jean-Philippe Magne lors d’une masterclass spéciale « idéation ».

  • Jean-Philippe, pourquoi donner cette masterclass ?

« L’idéation c’est une méthode pour rendre les séances de brainstorming efficaces car c’est basé sur la constatation des objectifs du secteur et il y a une certaine obligation à réfléchir en dehors du cadre. Le but était de donner des méthodes d’idéation aux étudiants avec des exemples concrets, des méthodes rapides qui permettent de créer des conditions d’idées innovantes en utilisant différentes méthodes telles que le Sprint Google, Design Thinking et la Stratégie de l’Océan Bleu. »

  • Christophe, comment avez-vous vécu cette semaine avec les premières années ?

« Le Digibiz s’est bien passé mais les sujets semblaient compliqués pour des premières années par rapport aux sujets de l’année dernière qui étaient plus ludiques et un peu moins complexes. Malgré leur manque de bagage académique, les élèves ont su avoir une approche structurée. Hormis quelques écarts dans certaines présentations, il n’y avait pas réellement de hors-sujet.
Personnellement, j’ai vraiment apprécié travailler sur ce projet avec les élèves car il y avait plusieurs sujets portant sur des entreprises différentes et sur le thème de l’innovation et du futur en général. Le fait de travailler avec des petits groupes a permis de les aider bien plus qu’en classe entière. Nous étions moins sur du cours : c’était plus mobile et ludique. Finalement, en dehors de leur contrainte de temps qui était, semble-t-il plus court que l’année dernière, le fait de les accompagner pour gagner était motivant. »

Lors de ce Digibiz, l’équipe bordelaise composée de Marina Hazman, Margaux Lefèvre, Jean Fuehrer et Rayan Kachour a été sélectionnée par Adidas pour participer à la deuxième manche et leur permettre d’atteindre la finale et d’ainsi remporter le challenge.
Retour sur leur vécu :

  • Quel était votre challenge ?

Marina et Margaux : « On avait un challenge avec Adidas qui consistait à créer un nouveau projet qui attirerait les clients en magasin plutôt que sur internet. Le but était d’i-maginer le magasin de 2024. »

  • Comment avez-vous vécu ce Digibiz ? Avez-vous rencontré des difficultés particulières ?

Marina : « Participer au Digibiz était une belle expérience. Cela nous a poussé à nous surpasser et à donner le meilleur de nous-même. Le challenge nous a beaucoup inspiré. Nous avions plein d’idées sur lesquelles nous avons travaillé. Ce qui nous a permis de donner un résultat final dont nous sommes fiers. »
Margaux : « C’était une semaine courte et intense mais très enrichissante quand on prend du recul. Je pense que l’objectif de gagner nous a tous motivés et cela malgré nos personnalités très différentes. »
Jean : « J’ai vraiment apprécié cette semaine de Digibiz. J’ai aimé le fait que les groupes aient été fait de manière aléatoire. Cela nous a permis de découvrir d’autres personnes de notre promotion en dehors de nos amis, de s’adapter et d’apprendre de nouvelles choses. »
Rayan : « Mon groupe et moi avons opté pour le challenge Adidas. Etant très sportif, répondre à une problématique d’un équipementier m’intéressait énormément. J’ai trouvé ce challenge très enrichissant quoi qu’assez court niveau timing, étant donné que nous n’avions que trois jours et demi pour tout boucler. »

  • Qu’avez-vous pensé de la masterclass idéation ? Que vous a-t-elle apporté ?

Marina : « La masterclass nous a beaucoup aidé dans notre organisation. Comme je l’ai précisé précédemment nous avions plein d’idées pour ce projet et ne savions pas ce que nous allions garder ou pas. Grâce à la masterclass, on a pu tout organiser et c’est à ce moment-là que notre projet a vraiment pris forme. »
Margaux : « La masterclass était vraiment très intéressante et motivante et nous a donné de nombreuses pistes pour continuer notre projet. »
Rayan : « Pour ma part, étant en train de monter une start-up, j’ai trouvé la masterclass très enrichissante. L’intervenant a fourni de nombreuses informations qui me seront utiles dans ma future entreprise. »
Jean : « J’ai énormément apprécié la présentation de l’intervenant. Cela a vraiment contribué à réorganiser notre méthode de groupe et à atteindre de plus grandes performances sur le projet. Pas de doutes : je relirai mes notes de cette conférence pour mes futurs projets. »

  • Comment avez-vous réagi à l’annonce des résultats ? Vous attendiez-vous à remporter ce challenge ?

Marina : « Personnellement je ne m’attendais pas du tout à gagner le challenge, d’où ma grande surprise à l’annonce des résultats. Mais c’est vraiment un grand bonheur et une grande fierté de gagner et de représenter l’école à l’échelle nationale. »
Margaux : « A vrai dire, je ne m’y attendais pas et pensais même que d’autres groupes avaient eu les mêmes idées que nous… C’est pour cela que c’était très étrange de voir sa propre vidéo dans la visioconférence ! Mais je suis contente : cela récompense notre travail. Je me suis sentie vraiment fière de ce que l’on avait produit en si peu de temps. »
Rayan : « J’ai été agréablement surpris lors de l’annonce des résultats et particulièrement fier du travail accompli par mon groupe. Etant quelqu’un de très compétitif la victoire ne m’est pas indifférente et au vu du travail rendu, je me suis dis que nous avions potentiellement moyen de gagner. »
Jean : « Quand j’ai appris notre résultat, j’ai eu un sentiment de joie. Cela a réellement justifié tous les efforts que nous avions fourni pour ce projet. Cependant je ne m’attendais pas vraiment à gagner et c’est notamment l’absence d’informations sur le travail des autres groupes qui explique cela. »

  • Avez-vous rencontré des difficultés particulières ?

Margaux : « Je ne me souviens pas d’avoir eu de grosses difficultés. Peut-être simplement l’engagement plus ou moins fort de certaines personnes du groupe mais cela ne nous a pas empêché d’avancer et de gagner. »
Jean : « Il est certain que nous avons rencontré quelques difficultés, notamment au sein du groupe, avec une implication différente en fonction des membres. Toutefois, je pense que notre succès est dû au fait que nous ayons su effacer nos différents pour laisser toute la place au projet et ça a payé ! »

Merci aux étudiants et intervenants mais surtout aux entreprises et à la plateforme Agorize pour ce challenge avec des problématiques toujours plus innovantes !

Article by Amélie Chauveau

Posté le: 04-02-2019