Venez nous rencontrer
Journées portes ouvertes
Vie étudiante

A la rencontre de Louise, membre du Bureau des étudiants « The Chillies »

« The Chillies » est le nouveau bureau des étudiants de l’ISG Lyon pour la rentrée scolaire 2020/2021. Rencontre avec Louise Mehu, responsable communication au sein du BDE. 

PRÉSENTATION 

Mes amis me considèrent un peu comme « le clown » du groupe, je sais pour autant être très sérieuse quand cela est nécessaire ! Je suis sportive et je passe une grande partie de mon temps à jouer de la guitare. J’aime aller au bout des choses car je trouve inintéressant de se poser des limites dans la vie.

VOTRE RÔLE 

Cette année, je serai responsable du service communication de « the Chillies ».

POURQUOI « THE CHILLIES »

Nous avons pensé qu’il serait judicieux de nous détacher des noms de fraternités américaines souvent utilisés par les BDE. Dans cette optique, nous avons ainsi songé à un concept chaleureux et inspirant. Nous sommes nombreux à écouter du rock de l’époque donc nous nous sommes inspirés des Red Hot Chili Pepper. Le « Chilly » étant court et amusant, « the Chillies » est donc le fruit de notre imagination collective. C’est un nom que nous pouvons également utilisé lors de l’organisation de nos soirées mexicaines.

VOS PROJETS

Je me suis engagée au sein du BDE cette année parce que j’ai toujours entendu parler des associations étudiantes au lycée. Je trouve cela captivant de pouvoir organiser des événements pour nos nouveaux étudiants ! Toute la nouvelle équipe possède déjà une vision très familiale de ce bureau des étudiants, le but étant d’intégrer tous nos camarades. La communication va permettre de leur donner envie de participer à nos événements.

Donc pour ma part, je me chargerai de créer des visuels aussi attirants que motivants, et de les diffuser sur les réseaux sociaux  dans l’optique de partager nos valeurs et d’y impliquer tous les étudiants.

VOTRE PERSONNAGE HISTORIQUE INSPIRANT

J’admire Marie Curie pour son intelligence, son engagement et pour sa persévérance dans une période où les femmes étaient peu écoutées.

Merci à Louise pour ce témoignage.

 

 

Retour en haut de page