Un enseignant, une histoire

Il y a quelques jours, Arabella David-Ignatieff, titulaire d’un doctorat en Marketing digital à HEC Montréal, écrivain et enseignant chercheur pour l’ISG MSc & MBA, nous a accordé une interview afin d’aborder sa vision du digital mais également sa volonté et sa manière de transmettre ses connaissances dans ce domaine à nos étudiants.

Qu’est-ce que pour vous le digital ?

Arabella Ignatieff : Pour moi le digital c’est un moyen pour les marques d’exister. Effectivement à travers le digital elles peuvent faire vivre des expériences à leurs consommateurs, ce qu’elles ne pouvaient pas faire avant. Ce domaine a changé le rapport de force entre les marques et le consommateur.

Ce qui m’intéresse vraiment en matière de digital, c’est le rapport de la marque à la transformation digitale que l’on peut traduire par une gestion du changement avec une dimension technologique.

Dans mon ouvrage Les dangers de la fragmentation des marques face au multimédia publié aux éditions Kawa, ce sont justement ces liens entre marque et transformation digitale qui sont abordés.

Je suis partie du constat qu’il y a très peu de femmes dans ce domaine alors je me suis demandée par quel aspect on pourrait aborder cette transformation digitale afin que cela leur plaise.

Je me suis rendu compte qu’en passant par la marque, en expliquant l’importance de celle-ci dans la transformation digitale, beaucoup plus de femmes étaient intéressées. Aujourd’hui ce domaine se féminise un peu plus ! Finalement tout l’aspect technologique peut être rebutant pour certaines personnes mais quand on passe par la marque, quand on est fière de la marque pour laquelle on travaille, on va possiblement faire plus d’efforts pour provoquer des changements. Et le digital, pour beaucoup de personnes nécessite un effort surtout pour les anciennes générations qui ne sont pas nées dedans.

Quels cours enseignez-vous au sein de l’ISG MSc & MBA ?

Au sein de cette école je donne des cours de Communication, de Brand Management et de Stratégie digitale.

De quelle manière transmettez-vous vos connaissances aux étudiants ?

Déjà je leur apporte, du moins je l’espère [rires], une certaine structure car on peut vite se disperser dans ce vaste domaine qu’est la transformation digitale. J’essaie de leur donner les outils pour réussir.

Pour leur faire vivre une réelle expérience, plus qu’une simple leçon, des intervenants extérieurs prennent part aux cours en fonction des thématiques abordées.  Ce mélange théorie-pratique est très apprécié par les étudiants car en présence d’un professionnel du secteur, c’est deux fois plus de connaissances acquises. Mon but est de leur apporter le nécessaire de compétences pour être rapidement opérationnels dans leur vie professionnelle.

Posté le: 04-12-2017