[Bordeaux] Building Reality, comment construire son projet de rêve !

Deux étudiants ISG Programme Business Management 3+2 , Fabio Curia et Paul Berger, sont avec nous pour nous parler de leur projet entrepreneurial Building RealitySeulement à la fin de la deuxième année de leur cursus, Fabio et Paul ont su utiliser au mieux les atouts de leur campus afin de mener à bien leur projet.

Bonjour à vous deux !

 

 

F : Building Reality est un service qui vous permettra de réaliser, avec le support d’un architecte et d’un décorateur d’intérieur, une représentation virtuelle d’un bâtiment (une maison, un immeuble, un appartement, …) ou tout autre élément composant un projet d’architecture ou d’immobilier. Grâce à un casque de réalité virtuelle (casque HTC VIVE), nous donnons l’opportunité de voir votre ouvrage en taille réelle et en détails avant le début même de la construction. Le client pourra donc modifier toutes les composantes d’un projet immobilier de manière à le façonner totalement à son image. Par exemple, si vous voulez changer les matériaux qui habilleront votre sol (parquet, marbre, carrelage, etc.), vous pourrez visualiser les modifications avant de confirmer votre décision. Que ce soit des éléments structurels ou bien de décoration, il sera possible de les pré-visualiser avant d’entamer les travaux. Grâce à Building Reality, vous ne serez pas déçu du bien que vous faites construire ou que vous achetez et vous n’aurez aucun regret.

 

P : Building Reality est surtout un projet ralliant deux secteurs opposés : la conception architecturale et la réalité virtuelle. Il va permettre de simplifier et d’aider les personnes à créer et à visualiser leur futur bien immobilier à la perfection. Notre projet fait appel à différentes personnes complémentaires issues d’école différentes, ce qui nous permet d’utiliser à bon escient la transversalité éducative de notre campus de Bordeaux (ndlr : le campus IONIS de Bordeaux regroupe les écoles ISG PBM 3+2, ISEG Marketing & Communication School, Epitech, et e-artsup).

 

 

  • Par quels moyens avez-vous réussi à obtenir des partenaires et à convaincre des investisseurs ?

 

F : Pour le moment, aucun investisseur n’a été trouvé mais nous mettons tout en œuvre pour trouver quelqu’un qui nous accompagnera tant financièrement que moralement et qui apportera également un réel esprit critique sur le projet et son évolution.

Pour ce qui est des partenaires, nous en avons déjà deux : premièrement mon père a une société de bâtiment sur la Côte d’Azur et a un gros carnet d’adresses, ce qui nous est très bénéfique et nous permet d’aller voir directement les bonnes personnes. De plus, la société où je fais mon stage, cabinet Pierre Botto qui est un cabinet de fiscalité internationale, m’accompagne tout au long du processus de création de la société. Ils m’ont apporté de nombreux conseils et me permettent de voir le projet d’un œil totalement différent. Il m’est donc naturellement venu à l’idée de leur proposer de faire partie de l’aventure, ce qu’ils ont accepté.

 

P : Nous cherchons toujours des investisseurs pour étendre notre projet. Nous devons faire appel à nos contacts et à nos relations, mais aussi à tous les outils possibles (salons, business Angels etc..) pour arriver à trouver des acteurs supplémentaires qui pourront nous accompagner et financer notre projet. La recherche continue !

 

  • Comment avez-vous pu mettre en pratique vos acquis de vos années ISG dans le développement de ce projet ?

 

F : Tout d’abord l’ISG donne un aspect théorique qui m’a permis d’acquérir toute la partie technique du projet, entre autres la partie financière et Business plan, de manière à bien définir quelle sera notre cible et quel plan d’action nous allons utiliser. Mais au-delà du savoir-faire, l’ISG m’a apporté le savoir être. En deuxième année nous avons des cours d’entrepreneuriat et Mr Baron, notre professeur, nous a dit une phrase qui m’a motivé : « Il y a ceux qui disent et ceux qui font ». J’ai appris tout au long de mon année à concilier plusieurs projets, à m’organiser, et à cibler l’équipe que je voulais autour de moi. J’ai également appris à me connaître et savoir où je souhaite aller et quelle direction je veux donner à ma carrière.

 

P : Grace à un premier travail d’étude et de recherche au sein de l’école pour avoir tous les atouts avant de se lancer, nous sommes partis sur de bonnes bases. Ainsi tout au long de la création de ce projet, beaucoup d’atouts nous ont servi : que ce soit les cours, nos connaissances (comme les parties gestion, comptabilité, droit et la partie entrepreneuriale) ou bien les intervenants qui nous encadrent, nous avons eu la chance de profiter de conseils émanant directement de professeurs qui sont aussi de réels professionnels.

 

 

  • Pour vous, que vous apporte votre bagage d’étudiant en école de commerce dans cette réalisation ?

 

F : Premièrement, le fait d’être étudiant m’a encouragé à entreprendre car je me suis rendu compte que j’étais entouré de professionnels qui allaient m’accompagner tout au long de mon projet. L’avantage également c’est que lorsque l’on est étudiant, on n’a rien à perdre, bien au contraire ! On n’a pas encore de travail, pas de famille à nourrir, pas d’obligations. C’est le moment où nous pouvons laisser libre cours à notre imagination et entreprendre si nous avons l’envie. Deuxièmement, le fait de faire partie du groupe IONIS est un véritable atout. J’ai pu m’entourer d’étudiants qui ont la même vision des choses que moi. Aujourd’hui, il y a une équipe de plusieurs personnes qui ont donné la chance à ce projet de sortir des papiers et qui nous entourent Paul et moi : il a tout d’abord Roméo Amoussou de e-artsup, qui s’occupe de toute la partie graphique et visuelle. Ensuite, Jonathan Biteau s’occupe du web développement pour le site web, et pour finir, Antoine Ducrot et Axel Imberdis travaillent sur le programme de fond en lui-même (tous les trois de de Epitech). Des premières versions sont déjà sorties mais le travail continue de manière à obtenir un résultat parfait. Seulement une fois que nous serons entièrement certains de la qualité de notre produit, nous le lancerons.

P : Mon bagage d’étudiant m’apporte certaines connaissances théoriques mais aussi une source de contacts et d’apprentissage. Grace à cette réalisation et à mon cursus scolaire, je pourrais cumuler la vision théorique mais aussi le côté pratique de la création d’entreprise. J’ai donc accès au meilleur des deux mondes !

 

 

  • Comment comptez-vous concilier études et gestion entrepreneuriale ?

 

F : Personnellement je pense que tout est possible. Certes, il faudra faire des concessions et peut être réduire ses heures de sommeil (rires), mais ça fait partie du jeu. Je pense que le fait d’être étudiant et d’avoir une entreprise nous donne la possibilité de mettre en pratique directement ce que l’on a appris. De plus, l’avantage du projet Building Reality c’est l’équipe qui la compose, car elle regroupe des personnes complémentaires et motivées. Tant que l’on a ça, on pourra toujours avancer, même en étant étudiants avec beaucoup de contraintes au niveau des cours.

 

P : Je pense que ça va être difficile, mais pas impossible. Je vais devoir bien gérer mon temps pour ne pas nuire à un des deux, ce qui est une qualité que je devrais apprendre un jour ou l’autre avec ou sans ce projet entrepreneurial ! Mon travail dans ce projet peut se faire à distance avec peu de déplacements, ce qui facilite la gestion de ces deux parties. Je devrais aussi faire des concesstions dans mes choix, mais si l’on s’investit à 100%, il n’y à aucune raison que l’on ne puisse pas y arriver.

 

  • Quel futur envisagez-vous pour ce projet ?

 

F : Ce serait vous mentir si je vous disais que je ne souhaite pas qu’il réussisse ! Je pense qu’il a beaucoup de potentiel et tout repose sur notre capacité à réagir et à le développer. Après, j’ai encore énormément d’idées et je sais que j’ai une équipe avec qui je sais travailler et avec qui on peut monter beaucoup de projets. Donc même si Building Reality ne fonctionne pas, croyez-moi, d’autres fonctionneront car nous aurons gagné en expérience. Seul le futur nous dira cela, même si j’ai une confiance absolue en mon équipe et en ce projet.

 

P : Bien évidemment le meilleur ! Nous sommes une équipe et nous y avons tous mis beaucoup d’efforts. Je souhaite aussi que les personnes l’adoptent et qu’il se démocratise pour voir une réelle évolution. Nous sommes une équipe complémentaire qui peut pousser ce projet au plus haut.

 

 

  • Que conseillez-vous aux étudiants qui envisagent de suivre dans vos pas et de monter leur entreprise ?

 

F : Je leur conseille de ne pas arrêter une seule seconde de rêver ! Ne vous laissez pas décourager par les obstacles, car vous verrez, vous serez fiers de vous dire que vous, jeune que l’on définit comme paresseux, accro à son téléphone et son ordinateur, avez réussi à concrétiser quelque chose et à faire mentir ceux qui ne croyaient pas en vous ! (applaudissements).

Il faut avouer que la route n’est pas forcément facile tous les jours, mais c’est juste un rythme à prendre. De plus, n’hésitez pas à en parler autour de vous, prenez en considération toutes les remarques que l’on pourra faire sur votre projet, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Tout feedback est constructif ! Entourez-vous de personnes en qui vous pourrez avoir confiance. Ne choisissez pas forcément les meilleurs de chaque discipline, mais façonnez votre équipe de manière à ce qu’elle soit le plus homogène possible, et qu’elle puisse travailler ensemble tout en prenant du plaisir.

 

P : Je conseillerais d’avoir une bonne base de connaissances et de prendre le temps de trouver la meilleure « idée »ou « voix » pour arriver à ses fins. Etre capable de changer plusieurs fois de concept est aussi une compétence à acquérir, car il est toujours plus judicieux d’avoir une bonne réflexion avant de se lancer. Avoir de nombreux contacts et un bon relationnel sont aussi un plus. Mais surtout, je leur dirais de ne jamais rien lâcher et de donner le meilleur d’eux-mêmes.

 

 

 

Des belles paroles encourageantes pour clore ce sujet, merci beaucoup les garçons ! Nous vous souhaitons beaucoup de succès dans tout ce que vous entreprendrez. Bonne fin d’été à vous deux !

 

N’hésitez pas à vous renseigner sur le projet Building Reality sur www.building-reality.com.

 

Posté le: 08-08-2017