[STRASBOURG] SAGA DES STAGES, EPISODE 2 : UN STAGE CHEZ RIDE & DRIVE

On continue la saga des stages avec Eva, étudiante de 2ème année, qui a vécu une superbe expérience au sein de Ride & Drive. Elle a pu travailler dans le monde de l’événementiel et surtout faire un roadtrip inoubliable !

Peux-tu te présenter ?

Hi, je suis Eva, étudiante en Business-Management 2ème année à Strasbourg. Je suis très engagée dans la vie du campus de par les associations entre le BDE, les Pompoms et la danse!

Dans le cadre de mon stage de fin d’année, je voulais faire de l’événementiel et je suis tombée au bon endroit, au bon moment puisqu’à la dernière minute, j’ai eu ma place chez un indépendant à Lausanne qui travaille dans la communication et surtout l’événementiel.

 

 

 

Tu fais ton stage chez RIDE & DRIVE, comment cela se déroule-t-il ?

Depuis fin avril, RIDE & DRIVE a pour mission d’organiser un événement pour HONDA EUROPE qui se tient en Norvège. Le but principal est de rassembler des personnalités dans le domaine tel que des bloggeurs, journalistes, artistes qui viennent de partout en Europe afin de promouvoir la nouvelle Africa Twin. Le stage se déroule à merveille, je ne sais même plus si on peut appeler cela un stage puisque je suis considérée comme un membre de l’agence et que j’ai des responsabilités.

 

Quelles sont tes principales missions ?

Je suis arrivée seulement 2 semaines après le début de la préparation, ce qui est top et donc m’a permis de suivre tout le déroulement. Il y a donc deux phases : avant et pendant.

Antoine, mon tuteur de stage, m’a très vite responsabilisée et fait confiance. Je me suis d’abord occupée de trouver, négocier et commander tous les produits nécessaires au bon fonctionnement de l’événement et surtout de la communication. J’ai donc dû faire du phoning, le suivi et la réception des colis.

Cela fait maintenant une semaine que je suis en Norvège. Je suis arrivée mercredi dernier et nous avions jusqu’à dimanche pour préparer l’arrivée des invités. Dimanche je me suis occupée de récupérer les participants à l’aéroport d’Oslo et de veiller à ce que leur arrivée se passe au mieux. Nous avons pris la route lundi matin : nous roulons entre 7 et 10 heures par jours dans le but d’arriver au Nordkapp ce lundi 3 juillet. Il y a donc une trentaine de motos qui partent, accompagnées de deux médecins, des voitures d’organisation et des vans d’assistance (dont je fais partie) qui suivent afin d’assurer un bon déroulement.

 

  • Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ce stage et ces missions ?

Ce qui me plait le plus ? Je pense le relationnel. Antoine, l’organisateur, est une personne incroyable, il manage le tout à la perfection. Il a su s’entourer des meilleurs entre l’équipe des staffs, des médias et tout le reste. Ensuite, il y a le contact avec les riders, on parle principalement anglais car ils viennent de partout donc c’est important de bien s’intégrer avec l’étranger.

 

Rencontres-tu des difficultés ? Comment les dépasses-tu ?

Nous avons eu plusieurs obstacles à surmonter. Tout d’abord, Honda nous a contactés environ 2 mois avant afin de préparer l’événement. Le délai de commande était donc très restreint, on a eu souvent peur d’oublier un détail, qui parfois était évident. Puis sur place, le premier jour fut assez mouvementé, nous avons eu un blessé dès les premières heures…. Un bagage est tombé d’une moto….. Il a donc fallu réagir rapidement.

 

Qu’est-ce que ce stage t’apporte personnellement ? Et professionnellement ?

Ce stage m’apporte tellement, encore une fois, je ne me sens pas stagiaire. Personnellement c’est une expérience unique et humaine que je ne revivrai plus jamais ! Professionnellement, je me crée un réseau professionnel à l’international. Je discute tous les jours avec les participants, c’est très enrichissant pour moi. De plus, j’ai bien sympathisé avec le directeur marketing de HONDA EUROPE.

Il y a aussi des riders professionnels comme Paulo Goncalves et Kevin Benavides avec qui j’ai pu discuter, c’est intéressant de voir leur perception du projet car elle est différente de celle des riders.

 

Quelles sont tes perspectives pour la suite ?

J’espère rester en contact avec Antoine pour ses futurs projets dont il m’a déjà parlé, mais à vrai dire, je n’y ai pas encore réfléchi et je préfère me concentrer sur ma troisième année à l’étranger. Mais cependant je garde contact avec beaucoup de personnes, et comme Antoine dirait «  ll y a eu un avant –Norway- et il y aura un après –Norway- ».

 

Merci Eva !

Posté le: 13-07-2017